1) La règle

Je demande aux élèves d'utiliser la règle pour faire cette reproduction puis de la réaliser à nouveau mais à la main. Après cela, ils sont convaincus qu'avec la règle, c'est mieux !

regle_main

2) Le compas

Au début, je les laisse appréhender l'outil. Les résultats ne sont pas fameux ! Je leur rappelle qu'un apprentissage ne se fait pas immédiatement...

La table recouverte de "Formica" ne permet pas d'enfoncer la pointe : on sort la chemise rouge et on pose la feuille dessus.

Pour que cela fonctionne bien, il faut que la mine du crayon touche la pointe (symétrie).

On peut tourner la feuille en maintenant le compas immobile. On peut faire des arcs plutôt que des cercles entiers (quoique les enfants ont une obsession : faire des ronds !)

Ceux qui y arrivent vont présenter leur travail : c'est donc possible !

Les plus forts aident les plus faibles.

Le geste dégrossi, j'aborde la façon de tenir un compas avec la partie haute, le pouce en bas et en levant le coude (sans être trop catégorique car les plus faibles ont besoin encore de tenir le compas avec les branches)

Le cercle étant en place, on fait varier la taille -> la cible ou plein d'autres choses (les enfants débordent d'imagination).

Ce qu'il y a de bien avec le compas, c'est la rigueur qu'il implique si on veut arriver à un bon résultat.

J'introduis la croix et la notion d'intersection qui va avec : l'enfant doit mettre avec précision la pointe à l'intersection (ce sera toujours vrai).

On aborde les rosaces.

L'enfant doit réfléchir au placement de la pointe et non du crayon.

Naturellement, on arrive à réfléchir à la taille des cercles. On sort la règle ! On mesure le cercle : les avis sont différents !

On arrive à l'idée de la mesure du centre à la circonférence.

On fabrique des cibles avec la contrainte d'une progression de 1 cm... Au début, il y en a qui mesure à partir du 1 dans la prise de mesure. Je dessine une règle au tableau avec le marquage des unités (0 à 6). On compte à partir de 0. On compte à partir de 1...

Avec la géométrie, il y a toujours de la créativité au bout. Et elle se voit lorsque les enfants viennent montrer leurs "trouvailles" devant les autres.